CALENDAR ⎮ Damie Chad X KR’TNT X ZioLele X legsinthecity.com >> Histoire d’un codicille féministe

26/02/2020 ⎮ Damie Chad

Liens :

http://krtnt.hautetfort.com/archive/2020/02/26/index.html

http://chroniquesdepourpre.hautetfort.com/archive/2020/02/26/index.html

*

Une précision d’importance apportée par Jean-Michel Esperet quant à ma chronique de la semaine précédente sur le calendrier Happy Legs Year 2020. Non ZioLele n’est pas un être du sexe féminin comme je l’avais induit du court liminaire qui en langue anglaise le définissait en tant que feminist photographer. C’est un homme. Cette qualité n’enlève rien à la beauté de ses photographies mais peut en oblitérer quelque peu la réception. Les esprits pondérés feront remarquer que des jambes féminines photographiées par un homme ou par une femme restent toujours des jambes de femmes. Ce qui est absolument vrai, et totalement faux. Dans une photographie ce n’est pas tant l’objet ou le sujet photographié qui compte mais la vision de l’artiste et aussi son intention.

Les courts dialogues de Jean-Michel Esperet qualifié de mysogynist writer qui mettent en scène la confrontation d’Elle et Lui, m’ont poussé à l’erreur funeste de croire que cette guerre des sexes se perpétuait aussi dans le choix des artistes, un homme écrivain et une femme photographe. Peut-être mérité-je le qualificatif de misogyne au moins autant que Jean-Michel Esperet puisque instinctivement et inconsciemment en ai-je déduit qu’un homme ne pouvait pas être féministe. Par nature. Et par culture. Pour ne pas entrer en d’oiseuses digressions philosophiques, disons par stratégie politique. Qu’un homme puisse se dire féministe me semble relever de ce que Marx appelait, sur un tout autre plan, trahison de classe. Ce qui n’empêche en rien qu’un bourgeois puisse se rallier au prolétariat et en sens inverse un prolétaire à la bourgeoisie. L’intérêt de l’individu s’opposant à celui de sa propre classe.

March 8 ⎮ ⌗InternationalWomensDay 👠 ♀

Je ne pense pas que trahison de sexe soit une heureuse expression. Elle est porteuse d’une certaine connotation moralisante que je réprouve. De même chez Marx cette notion de trahison contient aussi cette dose de moralité qui paraît dire qu’entre les factions qui s’opposent l’une émarge du côté du mal et l’autre du bien. La notion d’intérêt s’y oppose pourtant formellement. En tant que stirnérien – et au-delà de toute vision transgenre – je ne saurais être féministe non pas parce que je suis un homme mais parce que je ne suis que Moi.

Reste maintenant à dégager l’intention du regard de l’homme qui a pris les photos de ces jambes féminines et que je crus femme. Oultre le fait que tous deux soient des êtres humains, celui-ci se décline en tant qu’autre et celle-là en tant que même. Nous entrons-là dans les combinaisons hegelienne de la positivité et de la négativité. Le tout obvié par ma propre subjectivité. Selon que ZioLele soit homme ou femme, la visée de la tentation pourrait être modalisée sous forme active ou passive. Avec aussi cette possibilité que son intention puisse être entrevue sous la forme contraire.

Mais peut-être vaudrait-il mieux se complaire dans la contemplation esthétique de ces photographies que de se perdre dans des ratiocinations indues. Qui n’apportent rien à leur beauté intrinsèque.

Damie Chad.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s